J4 : Le Fish River Canyon

Fish River Canyon - Namibie

Le Fich River Canyon depuis un viewpoint

Le Fish River Canyon, c’est le plus grand canyon d’Afrique et le second dans le monde. Tous les chiffres donnent le vertige : 160 kilomètres de long, jusqu’à 27 kilomètres de large et 500 mètres de profondeur…

Le point de départ du Trail

Le point de départ du Trail

Il peut faire jusqu’à 48°C (à l’ombre) au fond et il n’y tombe pas plus de 100mm d’eau par an…

Départ vers 8h30 du lodge, direction le Fish River Canyon au milieu de nulle part comme d’habitude. Curieusement, il y avait très peu de monde sur la route et sur le site lui-même. La gravel road menant au parc du Fish River Canyon est particulièrement caillouteuse et large (il vaut mieux garder ses distances avec le véhicule de devant si on ne veut pas voyager dans un nuage de poussière), elle peut réserver quelques surprises quand on roule trop vite genre décollages verticaux. Nous croisons un couple de touristes très inquiets pour leur berline…

La longue route vers le Fish river Canyon

La longue route vers le Fish river Canyon

Nous arrivons à Hobas, petit poste frontière du parc d’une dizaine de bâtiments avec un camping. Nous payons notre écot (2x80N$ + 10N$ pour la voiture) auprès de l’employé et direction le Main Viewpoint à une dizaine de kilomètres de là. La route n’est pas évidente avec des devers qui doivent inquiéter les touristes entassés dans les cars.

Nous avons maintenant fait une quarantaine de kilomètres depuis le lodge et toujours pas de trace du canyon, seulement le désert à perte de vue. Nous nous arrêtons au point de vue et toujours rien. Il n’y a personne, tout au plus quatre ou cinq personnes (il est 9h30).

Le Fish River Canyon depuis le Main Viewpoint

Et tout d’un coup, nous prenons le canyon en pleine face. Il est grand, profond, large, aride, majestueux, vide et silencieux. Pas un son pour le deuxième lieu le plus touristique de Namibie. Quelques mares d’eau au fond, des berges à peine verdoyantes et rien d’autre que le silence. Pas un oiseau, pas un animal, il fait trop chaud au fond. La descente est interdite, il faut un permis spécial pour y randonner en raison de sa dangerosité. On se croirait presque dans l’Arizona.

Après le Main Viewpoint, nous voilà partis au Hiker’s Point, plus au Nord. Moins organisé (juste un muret et une paillote en ruine), il est tout aussi désert, spectaculaire mais différent que le précédent point de vue. Nous allons nous rendre compte que chaque viewpoint présente un panorama original.

Vue du Hiker’s point

 

Vue du Hiker's point

Autre vue du Hiker’s point

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous entreprenons ensuite, notre périple vers le sud du canyon par un chemin plein de cahots. Nous nous arrêtons entre autre au Rockie Point.

Vue du Rockie Point

Vue du Rockie Point

Nous voilà embarqués avec notre Toyota sur une petite route faite de cailloux et de trous. Les 10 premiers kilomètres jusqu’à Sulphur Springs Viewpoint se passent sans problème. Nous nous arrêtons pour prendre en photo deux ou trois panoramas.

Panorama du canyon

Panorama du canyon

Autre viewpoint

Autre viewpoint

 

 

 

 

 

 

 

Personne, nous sommes seuls, les abords du canyon sont impressionnants et la sensation d’aspiration par le vide réellement présente. Quelques clichés et en route pour 12 kilomètres vers le dernier viewpoint. Mais la route devient très difficile, très pentue avec de forts devers et des gros trous, nous manquons de renverser le 4×4 et faisons demi-tour par manque d’expérience de ce genre de conduite. De toute manière, vu que nous n’avons rencontré personne depuis plus d’une heure, c’est que le chemin ne doit pas être très conseillé… Nous nous arrêtons au retour au milieu du chemin et pique-niquons à l’ombre de la voiture avec pour voisins : Cactus, lézards et l’unique kokerboom du coin. Seuls au monde, c’est le paradis.

Nos amis les cactus

Nos amis les cactus

et nos copains les kokerbooms

et notre copain le kokerboom

 

 

 

 

 

 

 

 

Hobas, mégapole du Fish River Canyon

Hobas, mégapole du Fish River Canyon

 

 

La route vers l’entrée du parc est plus impressionnante au retour, le côté gauche étant nettement dégradé. Nous apercevons quelques springboks et babouins à proximité d’Hobas. Ils ont l’air plutôt peinards… Nous rejoignons la gravel road du retour sur laquelle nous fonçons en soulevant des nuages de poussières.

 

Arrivés au lodge, petit plein d’essence avec des touristes bien gras et arrogants déguisés en « Out of Africa ». Petit repos dans la chambre et séance photo pour Sophie dans le lodge. Vers 16h00, nous partons pour une petite ballade en plein cagnard sur les hauteurs du lodge. Un peu plus d’une heure de marche sur des roches comme carbonisées et parfois « rouillées ». Nous ne croisons encore que du silence et des lézards. Nous rentrons transpirants et rougeoyants pour piquer une tête dans la piscine qui nous parait glaciale. Cela nous fait tellement de bien que nous finissons par nous sentir en vacances !

Un petit repas à base de springboks et de Tafel Beer, nous partons nous coucher car la route sera longue demain : Nous partons découvrir le fleuve Orange !

Une petite Tafel Beer au comptoir

Une petite Tafel Beer au comptoir

 

 

Envie de partager ?

2 réflexions au sujet de « J4 : Le Fish River Canyon »

  1. Ping : J3 : Une soirée dans le Canyon Nature Park - LE MONDE DE KODIAK

  2. Ping : J3 : Entre Mariental et le Fish River Canyon - LE MONDE DE KODIAK

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *