J9 : Cape Cross et Swakopmund

Bienvenue à Cape Cross

Bienvenue à Cape Cross

Nous voulions faire la grasse matinée… Réveil à 6h30…

Au programme, Cape Cross et sa réserve d’otaries à fourrure et Visite de Sawakopmund, 340 kilomètres de routes goudronnées pour une fois !

Nous commençons donc par traverser Walvis Bay (c’est quand même vite fait), nous longeons les townships de la périphérie, direction le nord, la Skeleton Coast pour rejoindre Cape Cross à 150 kilomètres de là. En fait, nous pensions que ce serait plus près…

Comme nous sommes sur le début de la Skeleton Coast, nous pouvons admirer quelques épaves de bateau carrément impressionnantes. Quelques vendeurs à la sauvette vendent des pierres « précieuses » et des cristaux de sel provenant des nombreux marais salants avoisinants. La route est rectiligne, coincée entre l’océan et le désert, ponctuée de ville « balnéaire » (parfois chatoyantes), certaines désertes en cette saison où l’on distingue très bien les différents quartiers par ethnies. Comme nous sommes dimanche, nous croisons aussi les gros 4×4 des pécheurs qui partent pratiquer leur sport favori au bord de la mer, les cannes à pèche en éventail sur les pare-chocs.

Épave de chalutier sur la plage

Épave de chalutier sur la plage

Pécheurs en goguette

Pécheurs en goguette

Une épave un peu plus grosse...

Une épave un peu plus grosse…

L'entrée de la réserve

L’entrée de la réserve

 Nous finissons par atteindre Cape Cross, achetons notre permis à 90$N mais il n’y a rien pour le moment, pas de trace d’otaries. Une pancarte indique qu’il faut continuer de rouler le long de la côte. C’est en arrivant sur le parking, en sortant de notre Hilux, en santant cette odeur et entendant le vacarme, que nous comprenons ce qui se passe derrière le muret « chemin de ronde » qui longe la plage.

20121111_115737-Namibie-2

Quelques milliers d’otaries et quelques oiseaux migrateurs

Un bébé et sa mère

Un bébé et sa mère

Il y a des otaries à perte de vue, sur le sable, sur les rochers, dans, l’eau, des grosses, des petites, des bébés, des mâles agressifs, des vielles, des mortes, certaines isolées, certaines entassées les unes sur les autres. Toutes les otaries imaginables sont présents que ce petit bout de cote namibienne. Nous ne sommes pas au zoo, nous les voyions dans leur état sauvage. Il n’y a pas deux otaries amorphes au bord d’un bassin en béton mais cent milles ingurgitant des quantités invraisemblables de poissons, se battant pour dominer leur femelles. Cette colonie d’otaries mangeraient autant de poisson que les populations de la Namibie et de la RSA réunies. C’est réellement fascinant.

Nous restons là un bon moment malgré l’odeur, le bruit, la vision des bébés otaries trainant derrière le placenta de leur mère et poursuivis par des hordes de mouettes. Toutes les étapes de la vie des otaries devant nous. Vous l’aurez compris, cela vaut le détour.

Un beau mâle

Un beau mâle

Un autre avec ses groupies

Un autre avec ses groupies

Une otarie esseulée

Une otarie esseulée

Une partie de la colonie

Une partie de la colonie

Une mère et son petit

Une mère et son petit

Un petit rassemblement...

Un petit rassemblement…

Le mémorial

Le mémorial

1436, arrivée des premiers européens

1436, arrivée des premiers européens

Petite visite au mémorial commémorant l’arrivée des premiers explorateurs portugais en 1436 à Cape Cross et après cela, retour vers Walvis Bay et étape à Swakopmund. Le trajet du retour est encore plus long qu’à l’aller. Et nous le reprendrons en partie demain !

Swakopmund, Swakop pour les gens du cru, ressemble à Lüderitz. Ancien comptoir allemand, elle comporte quelques beaux spécimens d’architecture germano-namibienne. Une fois de plus, l’ambiance néo-coloniale est bizarre et surannée. Nous faisons un tour sur la jetée qui subit les assauts de l’océan atlantique. Un « gardien » garde notre voitures pour quelques $N.

L'ancien ministère de la marine allemand

L’ancien ministère de la marine allemand

Un bâtiment surmonté du dieu Atlas

Un bâtiment surmonté du dieu Atlas

Belle prison...

Belle prison…

Splendide gare de Swakop

Splendide gare de Swakop

Jolies couleurs

Jolies couleurs

Petite bicoque...

Petite bicoque…

Swakop vue de la jetée

Swakop vue de la jetée

La jetée

La jetée

 

 

Retour à Walvis Bay à quarante kilomètres de là au sud, il ne fait toujours pas beau, les restaurants sont fermés car nous sommes dimanche, Walvis Bay ne nous laissera pas un souvenir impérissable !

Envie de partager ?

Une réflexion au sujet de « J9 : Cape Cross et Swakopmund »

  1. Ping : J10 : de Walvis Bay vers Khorixas, Twyfelfontein - LE MONDE DE KODIAK

Les commentaires sont fermés.