J10 : de Walvis Bay vers Khorixas, Twyfelfontein

En route pour Khorixas

En route pour Khorixas

Environ 400 kilomètres et 8 heures de route en comptant tous les arrêts « touristiques », surtout celui de Twyfelfontein…

Nous quittons la côte atlantique pour retourner dans l’intérieur du pays avec joie. Nous allons retrouver nos immensités désertiques et sauvages !

Nous traversons une dernière fois Walvis Bay, longeons la côte, admirons à nouveau l’ambiance de Swakopmund et continuons sur la C34 jusqu’à la bifurcation avec la C35 direction le Brandberg et le Damaraland.

La gravel road C35

La gravel road C35

Les premiers kilomètres de la C35 ne sont vraiment pas extraordinaires, une route très larde traversant un désert de cailloux.

Heureusement, sur la gauche, finit par apparaitre l’imposant massif du Brandberg (« Montagne de feu ») aves son Kônigstein, point culminant de la Namibie. Situé en plein désert du Namib, on peut le voir de très très loin et croiser à proximité des éléphants et rhinocéros du désert. Hélas pour nous, le ciel n’est guère dégagé lorsque nous passons à proximité et ne verrons aucun animal du désert si ce n’est sur un panneau routier…

Le massif du Barndberg par temps couvert...

Le massif du Brandberg par temps couvert…

En poursuivant sur la C35, et en continuant sur la D2612 vers Twyfelfontein, nous traversons les paysages typiques du Damaraland caractérisés par des monticules de rochers…

 

Monticules de rochers

Monticules de rochers

Nous faisons le choix de ne pas nous arrêter aux multiples échoppes que l’on trouve le long de la route vers Uis. Des femmes « déguisées » nous invitent à stopper notre voiture.

C'est en grimpant un peu que l'on découvre les merveilles de Twyfelfontein

C’est en grimpant un peu que l’on découvre les merveilles de Twyfelfontein

Laissant la C35 sur notre droite, nous prenons la Gravel Road D2612 vers Twyfelfontein.

Twyfelfontein, c’est un peu le « Lascaux » de la Namibie : un site archéologique avec environ 2000 gravures rupestres à l’air libre réalisés par des chasseurs-cueilleurs San de la fin de l’âge de pierre. On y voit des centaines d’animaux reproduits : lions, girafes, rhinocéros, autruches, éléphants, zèbres, etc… Voir même des pingouins et des otaries ! Il semble que ces gravures réalisées avec des pierres de quartz très dures avaient un but pédagogique, permettant aux enfants de connaitre à l’avance les animaux qu’ils pourraient croiser. Les rhinocéros qui ont la tête en haut sont les blancs car ils mangent les feuilles des arbres, ceux avec la tête en bas sont les gris qui mangent l’herbe.

On fait le tour obligatoirement avec un guide du site (payé au pourboire…) sous un soleil de plomb en grimpant parmi les rochers pour découvrir les plus belles gravures. Les explications sont brèves et en anglais mais c’est un bon moment pour discuter de tout et de rien avec notre guide et de prendre un peu le pouls de la Namibie.

Des girafes, des rhinocéros...

Des girafes, des rhinocéros…

... des empreintes d'animaux

… des empreintes d’animaux

Nos amis les pingouins...

Nos amis les pingouins…

Des autruches, des rhinocéros...

Des autruches, des rhinocéros…

Il y en a vraiment partout

Il y en a vraiment partout

Sur toutes les pierres

Sur toutes les pierres

Un mur de basalte

Un mur de basalte

Nous partons ensuite voir les « Organ Pipes », espèce de couloir d’environ 100 mètres de long, ceinturé de colonnes de basalte en forme de tuyaux d’orgue et pouvant atteindre 4 mètres de haut. C’est joli mais moyennement impressionnant. Nous subissons l’invasion d’un car de touristes, attendons patiemment leur départ et nous émerveillons devant les racines aériennes d’un arbre qui sont remontées le long des parois.

Un couloir de colonnes de dolérite

Un couloir de colonnes de dolérite

Les racines d'un arbre qui remontent les orgues

Les racines d’un arbre qui remontent les orgues

Nous continuons notre tournée du coin par la montagne brulée « Burnt Mountain », paysage glauque couvert de scories à l’aspect brulé. S’il n’y avait pas le Twyfelfontein à proximité, je ne pense qu’il y aurait grand monde.

Burnt Mountain

Burnt Mountain

Reste 25 kilomètres pour rejoindre notre camp du soir, encadré de collines dont une servant de dernière demeure au fondateur des lieux.

Les hauteurs du camp

Les hauteurs du camp

Envie de partager ?