J14 : Etosha vers Waterberg

L'entrée d'Onguma

L’entrée d’Onguma

Nous voilà de nouveau sur la route au volant de notre Hilux avec comme objectif le plateau du Waterberg ! Départ 7h45 pour 350 kilomètres de routes et pistes avec arrêt à Grootfontein et à Hoba pour voir la plus grosse météorite du monde.

La journée commence donc par un petit-déjeuner avec des impalas et des zèbres. Nous quittons à regret Onguma. Puis direction la B1 pour rejoindre Tsumeb.

Au passage nous nous arrêtons voir le lac Otjikito, l’un des seuls lacs de Namibie. Il s’agit d’un trou très profond dans le calcaire qui a longtemps servi a irrigué les environs. D’ailleurs, l’herbe y est naturellement très verte. On peut faire le tour du trou, admirer un vieille pompe en ruine et constater que les allemands y ont jeté armes et bagages lors de leur retraite de 1915 face aux forces sud-africaines…

Vous l’aurez compris, rien de bien passionnant si ce n’est de voir autant d’eau d’un coup après tant de déserts..

Lac Otjikito vue de face

Lac Otjikito vue de face

Lac Otjikito vue de dos

Lac Otjikito vue de dos

La pompe du Lac Otjikito

La pompe du Lac Otjikito

La "villa Bavaria" du Lac Otjikito

La « villa Bavaria » du Lac Otjikito

La liste du matériel perdu par les allemands en 1915

La liste du matériel perdu par les allemands en 1915

Un arbre "Python" du lac Otjikito

Un arbre « Python » du lac Otjikito

Départ pour Tsumeb, grande ville minière. Nous y faisons le plein et un petit tour histoire de jeter un coup d’œil.

Musée de la mine à Tsumeb

Musée de la mine à Tsumeb

Prier jusqu'à ce que quelque chose se passe

Prier jusqu’à ce que quelque chose se passe

Après l’un des seul lacs de Namibie, nous quittons Tsumeb pour Hoba et sa plus grande météorite du monde (j’ai vérifié sur wikipédia). Elle fait 2.70m par 0.9m et pèse 66 tonnes. Elle serait tombé il y a 80 000 ans. Le propriétaire d’un champ l’aurait découverte en labourant son champ et depuis elle a été classé monument national et tout est fait pour qu’elle ne soit pas vandalisée. Son originalité tiendrait aussi à se forme parallélépipédique.

Météorite de Hoba dans son arène

Météorite de Hoba dans son arène

La météorite de Hoba

La météorite de Hoba

 
Nous reprenons la route sous une chaleur harassante. Nous revoilà partis pour 150 kilomètres de pistes de terres rouges, traversant les grandes propriétés, les élevages, ouvrant et fermant les portails qui barrent la route et empêchent les troupeaux de s’enfuir. Parfois un jeune garçon veille et se précipite pour nous ouvrir.

La piste menant au parc du Waterberg

La piste menant au parc du Waterberg

L'entrée d'une ferme le long de la route

L’entrée d’une ferme le long de la route

 

 

Et c’est donc sous une chaleur accablante et assommante que nous arrivons à notre hébergement tenu par la NWR. Nous prenons possession de notre chambre et découvrons qu’il est strictement déconseillé de laisser ses bagages sans surveillance à l’extérieur, ne pas laisser ouvertes portes et fenêtres à cause de mystérieux babouins invisibles… Nous comprendront le lendemain. La chaleur de la chambre non aérée est suffocante et vraiment pas terrible… Pour nous aérer, nous décidons de faire une balade et de monter sur le plateau pour admirer le coucher de soleil.

Nous grimpons sur les rochers, parfois le chemin ressemble plus à de l’escalade qu’à un chemin de randonnée. Nous croisons quelques animaux : singes, rongeurs, kudus et autres bruits bizarres au fond des bois. Cette montée est absolument à faire, le panorama est génial de là-haut ! Une superbe vue sur la plaine, sur les roches chaudes soutenant le plateau.

Notre destination de randonnée

Notre destination de randonnée

Le chemin menant sur le plateau

Le chemin menant sur le plateau

Le sommet au coucher du soleil

Le sommet au coucher du soleil

Coucher de soleil sur le Waterberg à l'Ouest

Coucher de soleil sur le Waterberg à l’Ouest

La face sud du Waterberg baignée du soleil du soir

La face sud du Waterberg baignée du soleil du soir

La plaine face au plateau du Waterberg

La plaine face au plateau du Waterberg

Plaine et plateau du Waterberg au coucher du soleil

Plaine et plateau du Waterberg au coucher du soleil

On se sent observé...

On se sent observé…

Le départ des randonnées dans le parc du Waterberg

Le départ des randonnées dans le parc du Waterberg

Nous redescendons tranquillement vers le camp, les animaux crient de plus belle dans la forêt, je manque me faire écrasé par un énorme Kudu effrayé par notre présence qui déboule et me coupe la route à deux mètres de mes pieds…

Il est temps d’aller manger. Ce soir ce sera oryx et crocodile accompagnés de Windhoek Beer avant une nuit horrible dans une chambre calfeutrée et surchauffée sans climatisation !

Oryx et crocodile avec Windhoek beer au menu

Oryx et crocodile avec Windhoek beer au menu

Envie de partager ?

Une réflexion au sujet de « J14 : Etosha vers Waterberg »

  1. Ping : J15 : Départ de Waterberg et retour à Windhoek - LE MONDE DE KODIAK

Les commentaires sont fermés.