Keldur, Seljalandfoss, Skogafoss, Vik, Islande

Petit avertissement avant de commencer : il a plu toute la journée,  on y voyait parfois pas à 50 mètres donc pas de photo glacier, de paysage, de volcans, d’oiseau,  on les voyaient à peine…
Nous partons de Reykjavik vers 9h45, c’est le premier jour et nous devons prendre le coup avec les bagages… Nous disons au revoir à nos hôtes bretons et nous voilà partis pour la première étape de la journée : Hveragerdi connue pour ses serres chauffées par géothermie. Effectivement, il y a quantité de fumerolles qui sortent de partout et des serres partout.

Les fumerolles sortant de terre de Hveragerdi

Les fumerolles sortant de terre de Hveragerdi

Devant une ferme...

Devant une ferme…

Nous repartons sur la route 1 pour Keldur,  charmant petit hameau au bout d’une gravel road qui a la particularité de comporter les plus anciennes maisons avec toit en tourbe du pays. C’est mignon comme tout, désert, et typique. En fond, nous faisons la connaissance avec les portes de l’enfer,  le volcan Hekla et son chapeau nuageux.  Il est, paraît-il, impitoyable et se réveille tout les 10 ans, et comme la dernière fois c’était en 2000…

Le charmant village de Keldur

Le charmant village de Keldur

Le volcan Hekla du côté de Keldur

Le volcan Hekla du côté de Keldur

Pour les étapes suivantes, nous passons en mode cascades,  avec celle de Seljalandfoss (dont nous ressortons trempé s après en avoir fait le tour) et celle encore plus monumentale de Skogafoss dont nous sortons aussi trempés mais parce qu’il pleut. Les deux tapent dans les 60 mètres de haut et ont un effet brumisateur qui aurait été sympathique si il n’avait pas fait 10 degrés.

Cascade de Seljalandfoss

Cascade de Seljalandfoss

La même vue de derrière

La même vue de derrière

Cascade de Skogafoss

Cascade de Skogafoss

D'un peu plus haut...

D’un peu plus haut…

Dernières étapes de la journée, Reynisdrangar et Vik. Pour visiter ces deux sites, nous arpentons des plages de sable noir sous un pluie omniprésente.  De sombres aiguilles rocheuses émergent de l’eau, une inquiétante arche plonge au large dans la mer, des grottes basaltiques voûtées nous servent d’abri. C’est beau.

Les aiguilles rocheuses de Reynisdrangar

Les aiguilles rocheuses de Reynisdrangar

L'arche de Dyrholaey

L’arche de Dyrholaey

Les grottes basaltiques

Les grottes basaltiques

Devant les colonnes basaltiques

Devant les colonnes basaltiques

Vik, depuis le cimetière

Vik, depuis le cimetière

Les aiguilles de Vik

Les aiguilles de Vik

Nous sommes à l’extrême sud de l’Islande, à l’endroit le plus pluvieux du pays et nous regagnons notre hébergement du soir (un hôtel à base de containers) après avoir longer de vastes étendues de sable noir, des falaises avec d’innombrables cascades.
Nous nous couchons bienheureux en priant pour que la pluie nous abandonne demain et que nous y verrons un peu plus clair !

Les champs de lave le long de la route

Les champs de lave le long de la route

Cascades sur la route de Kirkjubaejarklaustur

Cascades sur la route de Kirkjubaejarklaustur

Un troll à Keldur !

Un troll à Keldur !

Et Lapinou à Vik !

Et Lapinou à Vik !

Envie de partager ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *