Au pied du Vatnajökull, Islande

Programme de la journée : le Vatnajökull, énorme glacier aux multiples ramifications que nous allons contourner tout au long de la journée.
Le départ de ce matin est un peu moins compliqué, nous gagnons 30 minutes par rapport à hier après avoir pris un petit-déjeuner pantagruélique à base de saucisses, beans et autres gaufres sucrées au Fosshotel de Nupar. Heureusement, car nous ne referons de vraies courses que le soir à Höfn, notre destination finale…
Nous reprenons donc la route n°1 et avalons la trentaine de kilomètres qui nous séparent du parc National de Skaftafell.

Nous ne pourrons pas visiter l’église de Nupsstaour, seul église au toit de tourbe mais propriété privée, c’est bien dommage.

Les plages de sable noir le long de la route 1

Les plages de sable noir le long de la route 1

Nupsstaour et son église au toit de tourbe

Nupsstaour et son église au toit de tourbe

Pour le moment, il ne pleut pas malgré un ciel bien couvert. Nous nous garons sur le parking bien plein et partons faire la ballade d’une heure qui permet d’aller voir de plus près le glacier de Skatafelljökull, branche du Vatnajökull, plus grand glacier d’Europe. Par endroit, il fait 1000 mètres d’épaisseur et fait partie de la fameuse calotte glaciaire qui recule chaque année.

le glacier de Skatafelljökull au loin

le glacier de Skatafelljökull au loin

Le sentier est facile et nous arrivons rapidement en face de la masse de glace au bout d’une espèce de lagune de sable noir.
D’un seul élan (ce n’est pas vrai, il s’est mis à pleuvoir et les filles ont froid), nous traversons les plages de sable noir pour essayer d’approcher davantage. Après quelques passages à gué,  nous arrivons au pied du glacier et tentons une expédition pour aller prendre quelques photos. L ‘approche est un peu acrobatique, il y a quelques glissades sur le magma glace/sable/cendre/boue mais nous y sommes arrivés non sans quelques frayeurs.  Nous ne restons pas longtemps, cela glisse énormément mais sommes bien contents de l’avoir vu de près. Il était temps car les gens qui nous suivent rebroussent chemin car l’accès devient de plus en plus compliqué dès que trop de personnes l’emprunte.

Le glacier Svinafell à Skaftafell

Le glacier Skatafelljökull

Le glacier Skatafelljökull

Le glacier Skatafelljökull

Le glacier Skatafelljökull est gris de cendres

Le glacier Skatafelljökull est gris de cendres

Photo de famille sur le glacier Skatafelljökull

Photo de famille sur le glacier Skatafelljökull

Le glacier Skatafelljökull au milieu des collines pelées de Skatafell

Le glacier Skatafelljökull au milieu des collines pelées de Skatafell

Comme il pleut toujours, nous rebroussons chemin et nous arrivons à la voiture trempés.  La promenade aura duré 2 heures et les filles se réchauffent les fesses sur les sièges chauffants à l’avant.
Nous voilà partis pour Jökulsárlon en espérant trouver un boui-boui en cours de  route mais c’est peine perdue,  il n’y a rien le long de la cote si ce n’est quelques  fermes isolée. Chemin faisant, la pluie nous quitte et le ciel bleu apparaît enfin par endroit. Il ne pleut plus et c’est déjà bien sympathique !
Nous arrêtons quelques instants au lagon du glacier Fjallsárlon, pour admirer des blocs de glace flottant sur l’eau du lac.

Le lagon de Fjallsárlon

Le lagon de Fjallsárlon

Devant le lagon de Fjallsárlon

Devant le lagon de Fjallsárlon

Dernière étape, le lagon glaciaire du glacier Breiõamerkurjökull à Jökulsárlon avec ses inévitables plages de sable noir de Skeioararsandur. C’est superbe ! Des icebergs se détachent du glacier flottent sur le lac (qui n’a pas cent ans) pour rejoindre la mer. Ils peuvent mettre cinq ans pour rejoindre l’Atlantique à plusieurs kilomètres de la berge du glacier. Ils ont des formes incroyables, des reflets bleutés et des oiseaux les survolent pour pêcher leur repas de la journée.  Nous profitons de l’apparition du soleil et mangeons devant des quelques chips, styrs, fruits et barres chocolatée bien à l’abri du vent. Un pur moment de bonheur, nous pourrions y rester des heures.

Les icebergs de Jökulsárlon

Les icebergs de Jökulsárlon

Ils flottent indéfiniment sur le lac de  Jökulsárlon

Ils flottent indéfiniment sur le lac de Jökulsárlon

Jökulsárlon

Jökulsárlon

Toujours les icebergs de Jökulsárlon

Toujours les icebergs de Jökulsárlon

Encore des icebergs...

Encore des icebergs…

La dernière photo d'iceberg, c'est promis

La dernière photo d’iceberg, c’est promis

Un oiseau et sa proie

Un oiseau et sa proie

Nous rejoignons enfin Höfn, a 80 kilomètres de là, port de pêche spécialisé dans la langoustine. La guesthouse est face au port, nous avons une maison presque pour nous tous seul. Nous allons manger au resto du coin, le Pakkús où les filles tapent le carton en attendant le repas. La spécialité du port, c’est le homard et la langoustine, nous nous régalons à table avec de très bonnes pizzas au homard (!!!).

Un gentil homard peint sur un bateau à Höfn

Un gentil homard peint sur un bateau à Höfn

A demain pour de nouvelles aventures, nous passerons en mode « fjords ». Nous n’aurons peut-être pas de Wifi…

Le sergent Elias patrouille au-delà du mur...

Le sergent Elias patrouille au-delà du mur…

Envie de partager ?

Une réflexion au sujet de « Au pied du Vatnajökull, Islande »

  1. Ping : Voyager en Islande avec enfants - LE MONDE DE KODIAK

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *